Electro & Co :: Nico - Le 5 août 2006 à 18:04
E.L.E.C.T.R.O.

Vous voulez en savoir un peu plus sur l'electro ? Voilà 2 p'tits liens qui feront l'affaire. :)

Tout d'abord, un dossier retraçant les origines de l'electro en partant de Jean-Sébastien Bach à Felix Da Housecat !

:: Histo Tekno - Un aperçu des origines des musiques électroniques.

Et ensuite ce site retraçant les liens des styles musicaux comme la house, la techno, la jungle, le HxC, le downtempo.. Soit environ 180 genres, plus de 1000 samples en écoute avec un total de plus de 5h de musique. Enjoy !

:: Ishkur's guide to electronic music

Note : Attention, la musique electronique rend fou !


Electro & Co :: Nico - Le 30 novembre 2005 à 15:19
Squarepusher - Go Plastic

Squarepusher
Go Plastic

"C'est en trippant sur la musique qu'avec mes potes on y a associé la drogue. Nous sortions beaucoup en rave et les choses allaient de pair. On se mettait la tête à l'envers en soirée. Tu comprends la logique ! Je fesais des morceaux en pensant aux drogues que nous prendrions pour les écouter. Les drogues ont été ma principale motivation à l'époque, un prétexte facile pour s'ouvrir l'esprit. Plus tard, je me suis aperçu que même sobre, la musique me m'était dans un état similaire. Finalement je retrouvais le même état d'esprit."
Tom Jenkinson - Recording Magazine



Si vous aimez Aphex Twin, Squarepusher - alias Tom Jenkinson - est dans la même veine. Etant aussi disjoncté et torturé que lui, sa musique devient extrêmement complexe et prend facilement sa place dans un style "avant-garde". Et pourtant, j'adore ! Go Plastic a été le 1er album que j'ai découvert de lui et je me suis retrouvé immédiatement scotché par la précision de chaque morceau. Je considère Squarepusher comme un dieu de l'électro au même titre qu'Amon Tobin, car lui aussi m'a ouvert l'esprit sur de nouvelles sonorités, de nouveaux rythmes, bref un trip assez violent qui remet les choses en question..

Soyons clair, Square produit une musique assez difficile, j'ai moi même mis du temps à l'écouter et je serai tout à fait d'accord que quelqu'un me dise "Mais c'est du grand n'importe quoi".. Cela dit, pour ceux qui tendent l'oreille d'un peu plus près, vous allez pénétrer dans un autre univers où les textures sonores se forment et se déforment..

Mes préférées dans cet album sont Boneville Occident, The Exploding Psychology et Plaistow Flex out mais comment vous décrire cet album (où tout simplement sa musique) ?! J'avoue que c'est très difficile : des traitements sonores complexes, des rythmiques nerveuses et destructurées, des mélodies aussi douces que psychédéliques (notamment Tommib que l'on peut entendre dans le film Lost in translation), plombées de million de particules sonores qui se mélangent, se modifient et se désassemblent à volonté.

Square dépasse les limites de ses machines à mélanger des rythmes extrêmement lents à l'ultra-rapides, à torturer des fréquences qui se modifient à la vitesse de la lumière ou encore à éclater de la jungle littéralement décomposée par un pur break Jamaïcain : My Fucking Sound ! Une pure folie où de minuscules séquences sont hachées menues et chargées de filtres à vous faire fondre un neurone. Non j'déconne pas, ça attaque directement le cortex cérébral !

Là où la répétition n'existe pas, là où les frontières de la logique sont détruites, là où les sonorités s'entrechoquent aux rythmes frénétiques.. Squarepusher est bel est bien l'une des figures amblématiques de chez Warp, le label le plus noir de l'existence de l'electro.




Info :
Style :  Electro / avant-garde
Site : http://www.warprecords.com/goplastic/
Label : Warp Records
Juin 2001

Tracklist :
01 - My Red Hot Car
02 - Boneville Occident
03 - Go! Spastic
04 - Metteng Excuske V1.2
05 - The Exploding Psychology
06 - I Wish You Could Talk
07 - Greenways Trajectory
08 - Tommib
09 - My Fucking Sound
10 - Plaistow Flex Out



Au niveau du matos

Pour Squarepusher, le matériel n'a pas vraiment d'importance vu que les bases sont les mêmes pour tout le monde : Séquenceur (comme Logic) ou boites à rythmes. Il utilise des effets en hardware et software, des logiciels de synthèse et l'un des derniers sampleurs Akaï pour cet album. Avant, il utilisait encore son matériel "pourri" qu'il avait à ses débuts : "Mes derniers morceaux dépassent presque les limites de mon nouveau matériel [..] mais avant tout il faut savoir utiliser au maximum ce que l'on possède avant d'acheter quelque chose d'autre."


Electro & Co :: Nico - Le 20 juillet 2005 à 14:09
Blip

Hum, sûrement un pote à Squarepusher !

:: www.richard-devine.com


Electro & Co :: Nico - Le 27 mai 2005 à 10:32
Naive Song

Je vois (via les keywords) que vous êtes plusieurs à chercher la chanson "Naive Song" de Mirwais.. Ne serait-ce pas depuis que vous regardez Clara Sheller ?! :)

J'ai regardé cette semaine pour la première fois et j'avoue que c'était plutôt sympa. J'aime beaucoup Frédéric Diefenthal dans cette série, perso je trouve que son rôle lui va comme un gant.

Bref, jetez donc un coup d'oeil à l'article que j'ai écrit sur son sublime album il y a quelques temps.

Vous avez pu écouter sur la radio blog - on radio - les titres suivants :

:: Mirwais - Naive Song
:: Mirwais - Disco Science
:: Mirwais - I can't wait


Electro & Co :: Nico - Le 1er avril 2005 à 19:42
Poisson d'Avril



Pour l'occaz, un petit morceau de Mr. Scruff (Ninja Tune) ! :)

:: Mr Scruff - Fish

Sinon, pas de truc loufoque de ma part.. Non, je dis ça parce que j'ai suivi en real time l'avalanche de commentaires sur la Blogothèque. Poisson ou pas ??! O_o


Electro & Co :: Nico - Le 14 mars 2005 à 14:37
Break Charmer


© Nark1

[Edit 21h21 : Ayé, je me suis enfin acheté le Chaos Theory ! ^_^ ]


Electro & Co :: Nico - Le 30 novembre 2004 à 11:38
Amon Tobin - Part 1/4

Amon Tobin
Out From Out Where


"..la froideur des machines n'étouffe jamais l'âme de celui qui les utilise."
Amrith - rédacteur sur newforms

Tout a commencé sur un chat pourri où je discutais de tout et de rien sur un forum de zik électronique. Bref, ça papotait de Chemical, de Prodigy, etc.. Le degré montait un peu plus lorsque je me suis mis à parler de Squarepusher et là, un gars me fait une réflexion :

Le gars : Tu dois sûrement connaître Amon Tobin ?
Moi : Heu, non ?! C'est quoi ?
Le gars : Un bon gars qui fait de l'electro, c'est pas très connu mais si tu aimes Square, ça devrait bien passer.
Moi : Ok je note..
Le gars : Tu n'as qu'à commencer par te choper le Out From Out Where, c'est son dernier et il est très abordable.

Et c'est ce que j'ai fait, quelques mois plus tard j'avais dans les mains l'album sans trop savoir de quoi il en résultait..

<coup de gueule>
J'en profite, vu que j'ai fait il y a quelques semaines un exposé sur le droit d'auteur sur Internet, pour dire que le P2P est une très bonne initiative pour découvrir la musique : télécharger une zik (ou un album) pour découvrir à quoi ça ressemble afin de voir si on est vraiment emballé.. Et si oui hop, on achète l'album ! (Si c'est pourri, on jette ! Avouez que c'est rare de garder des trucs pourris sur le dur.. et en plus on aura économisé pour un album sûrement meilleur). Bef, ce n'est pas plus compliqué que ça, mais trop difficile à comprendre pour ceux qui ont dépassé l'intérêt de la musique au profit de.. l'argent.
</coup de gueule>

Bref, c'est toujours marrant quand on vous recommande un disque (ou un flim, un livre, etc..) : vous vous attendez vraiment à quelque chose de bien et là : soit la déception, soit "Ah ouais, quand même !". Enfin, c'est l'effet général que ça me fait et je m'efforce de comprendre cette phrase si vaste : "Tous les goûts sont dans la nature" avec tant de bien que de mal..

open - put the cd - close - play

L'écoute fut d'une traite, pas de saut de piste, les oreilles grandes ouvertes, le cerveau en mode record et l'âme qui frétille à l'écoute de cette prodigieuse musique.

Ayé j'ai franchit le pas,  j'ai décidé de vous parler d'Amon Tobin : un dieu vivant qui a reformulé la musique électronique à l'aide d'un sampleur et de ses dix petits doigts.



---

Out, from out where le dernier opus (studio) d'Amon Tobin est d'une excellence rarissime autant en qualité qu'en ingéniosité. On a vraiment l'impression que les sons viennent d'ailleurs, que tout est très bien ajusté au millième près sur la gamme des fréquences (à noter que sur cet album, c'est lui-même qui a généré la plupart des sons) et je ne vous parle même pas de ses rythmiques précises d'une complexité étonnante. Imbriquez le tout, rajoutez encore une flopée d'ingrédients et laissez l'alchimiste jouer et donner vie à cette matière sonore.

Note : Je me rappelle que j'avais écouté l'album sur mon casque (un AKG K240 Monitor pour les connaisseurs) et il m'était arrivé plusieurs fois de l'enlever en croyant que quelqu'un venait de toquer à la porte ou qu'il y avait un bruit bizarre venant de l'extérieur. Non non, cela venait bien du casque ou du moins, de ce qui s'y passait à l'intérieur..


Back From Space ouvre le bal avec une atmosphère féerique se distillant petit à petit dans un univers mécanique. L'intensité de la musique en elle-même (samples de Claire De Lune) s'ajuste parfaitement avec les multiples rythmiques et le tout oscille entre une tonalité majeure et mineure laissant, au final, la mélodie se perdre dans un univers sombre et inquiétant..

La voix archi triturée, copiée/collée de MC Decimal R. qui impose sa propre rythmique marque le côté Verbal sur ce mélange d'impact électrique et de sons "extérieurs". J'adore la clarté du sample de guitare qui offre un contraste avec la lourdeur du beat. Certainement la plus populaire de l'album et cela se comprend très bien.

Chronic Tronic me fait l'effet d'une énorme locomotive, chargée d'énergie au maximum, lancée dans une ville fantôme pulvérisant tous les débris de métal sur son chemin à la recherche d'une lueur de lumière.
A vos oreilles : j'ai l'impression qu'Amon a utilisé le sample de roulement de tambour de la 20th Century Fox ?!

L'enchaînement se fait en douceur sur Searchers. Ambiance mystique, la douce mélodie tourne autour de vous, essayant de vous déstabiliser.. Une rythmique à l'aisance jazz vient à votre aide afin de vous guider mais ça sera à vous de percer le mystère qui règne en maître sur ce morceau. Laissez votre tête puis votre corps se balancer en rythme, écoutez vos engrenages se mouvoir avec souplesse. C'est là qu'on peut apercevoir le talent démesuré d'Amon Tobin à produire une ambiance atmosphérique et planante. Mais on en reparlera un peu plus tard..  

Hey Blondie rime avec légèreté. Un formidable mélange de sons futuristes dépassant de loin les sons électroniques de notre ère. Sensations apaisantes et enivrantes où des sonorités explosent autour de vous tel un amas de bulles qui s'envolent..

Rosies est ma préférée : l'intro est d'une magnifique douceur mais la tonalité change doucement laissant se glisser furtivement une première rythmique avant qu'une deuxième marque sa position avec puissance. Amon alterne entre une douce mélodie et un beat ravageur tel un combat sans merci laissant le doute le plus complet sur le sort du vainqueur..

Cosmo retro intro outro nous propulse dans une galaxie lointaine mélangeant les souvenirs d'un monde réel et les visions interstellaires.

Avez-vous déjà ressenti l'étrange sensation d'être enfermé dans une prison glauque et habitée d'ombres furtives. Vous n'aurez aucun répit et la seule et unique façon de s'en sortir est l'utilisation d'une multitude de rythmes et de sons imbriqués les uns avec les autres. On l'appelle la Triple science.

Mais revenons sur terre ou du moins dans un monde où une chaleur bienfaisante règne. El Wraith est sans doute la plus mystérieuse de l'album : un rythme décalé avance lentement, laissant des traînés de souffre derrière lui rencontrant tantôt les multiples couleurs d'un rêve, tantôt l'obscurité d'un cauchemar. C'est à ce moment que l'on se rend compte que Searchers n'était qu'un aperçu..

Une petite excursion dans une immense cité futuriste Romaine ?! Ma foi, c'est l'effet que me fait Proper Hoodidge : de longues contemplations d'architecture colossale dans une cité vaste et illuminée avec une unique question récurrente : Comment est-ce possible ?

Enfin, Mighty Micro People agitera vos neurones afin de vous déconnecter tout doucement de cette rencontre du 3ème type. Une douce structure linéaire agrémentée de petites particules vous accompagnera jusqu'à la salle de réveil où enfin, vous pourrez rouvrir les yeux.


C'est avec cet album que j'ai découvert Amon Tobin et ce fut le commencement d'une nouvelle perception de la musique. A partir de ce moment, j'ai non seulement découvert tous ses albums (dans l'ordre inverse de parution et c'est dans cet ordre là que je vous les ferai découvrir) et j'avoue avoir été à chaque fois émerveillé d'écouter cette nouvelle manière de jouer avec les sons (et surtout de les triturer), mais j'ai aussi découvert le label Ninja Tune. A partir de ce moment, je suis entré dans un monde qui mêle d'une simplicité l'électronique, le free jazz, le hip hop, la drum'n bass (et j'en passe) et j'avoue que je ne suis pas prêt d'en sortir. En réalité, je m'y plaîs assez bien.




Info :
Style : Electro / Avant-garde
Site : http://www.amontobin.com/
2002 Ninja Tune
Pias

Tracklisting :

Profitez d'une grande qualité du site de Ninja Tune en écoutant les morceaux plus de 30sec (en moyenne 2min) et cela d'une très bonne qualité. :)
Allez-y, cliquez !!!


Electro & Co :: Nico - Le 4 novembre 2004 à 9:11
Mirwais - Production

Mirwais
Production


Amis du tuninj, voici le cd qu'il vous faut pour tester les enceintes de votre Toyota Suprême Corona ! :) Cet album balaye toute une gamme de fréquences et utilise tout un étalage de synthèses tranchantes de haute résolution !
Non sans dec, si avec ce que je viens de dire vous ne le testez pas, ça serait dommage..

Production est l'album phare de Mirwais (version longue : Mirwais Ahmadzaï), un bon gars français qui s'est fait découvrir d'une façon fulgurante depuis sa collaboration sur l'album Music de Madonna (et si on regarde bien, même sur Ray of Light) et pourtant, il est sorti avant celui de la Miss. Ses "productions" sont munies de sons décapants, 0% de sample (enfin on se comprend) tout est produit à partir d'une artillerie de synthèses (matez vers la fin du post, ça parle un peu de son matos) et d'une dynamique explosive. Bref de l'electro puissante et excellente !

----

Disco Science démarre avec des impacts sourds suivis de coups de fouets électroniques. On peut noter le petit sample ultra connu de Breeders - CannonBall qui suit avant d'enchaîner sur une longue traînée suraigüe qui oscille telle une sinusoïdale sur un lit d'effets qui se battent en duel ! Une des ziks les plus connue que l'on retrouve dans des films comme Snatch (excellent).

Envie d'une voix avec des textes naïfs passés dans un vocoder sur une petite pop mélodie balbutiante ? Naive Song porte bien son nom. A noter la sonorité de la grat electro acoustique surpuissante.

V.I. (The Last Words She Said Before Leaving) avec son petit hommage à Gainsbourg et son rythme lent, froid, percutant.
 
I Can't Wait : Une de mes préférées de l'album ! La mélodie est vraiment sympa, l'entrée crescendo pour arriver au beat est vraiment vibrante et le beat.. et oui là le beat explose avec un son de charlet tranchant comme une lame ! (et tu la mets dans un blade center [humour geek]) :) Et en prime, un son de guitare électronique décapant.

"We want drugs, we want love, we want sex,.. " Junkie's Prayer ne vous aidera pas si vous êtes sous acide, car l'effet dru-dru-dru-druggzzz est plus que simulé !

Attention, vous vous apprêtez à écouter un des beats les plus explosif que je connaisse : Definitive Beat ! Ca commence cash avec une boucle d'un beat breaké qui tabasse sévèrement sur une nappe sombre alors que des sons de scratchs déchirent l'air ! Sonorité excellente lorsqu'on applique un filtre par-dessus et qui enfin, finit sa fuite d'un long tunnel sombre vers une lumière aveuglante..

On reconnaîtra la voix de Madonna sur Paradise (Not For Me) et on remarquera aussi que cette zik est sur l'album de Madonna. On comprendra donc l'influence dominante de, heu.. Madonna !

Never Young Again reprend le beat explosif de Music et recharge le tout d'une puissante dynamique avec des effets en pagaille alternés de nappes de sons enivrantes ! On retrouve aussi la voix passée au vocoder (mais là, c'est le vocoder qui l'emporte).

Involution termine l'album sur une couleur atmosphérique se rapprochant d'une dub remixée au son electro mélangé d'effets bizarroïdes et acidulés.

----

J'admire certains artistes à trouver un nom à leur album le décrivant parfaitement (comme Amon Tobin - Bricolage, Daft Punk - Homework,..) Mirwais - Production est vraiment incroyable au niveau du son, une qualité exceptionnelle en matière d'electro ! Et le pire, c'est que je n'ai pas encore testé l'album sur mes petites Tapco S5 ! :)
A posséder absolument.





Info :
Style : Electro
Site : http://www.mirwaisonline.com/
2001 Naïve
Sony

Tracklisting :



Et maintenant, le petit côté matos avec un extrait d'une interview :

Et côté informatique ?

Je suis Mac ! Le problème, c'est que pour suivre, tu es obligé d'en acheter un tous les deux/trois ans. Mais là, je me suis arrêté : j'ai un G3 pas mal, un 300, avec une petite carte son (une Audiowerk 8), mais c'est cette carte-là qui m'a servi à travailler avec Madonna. Je n'ai pas vraiment eu besoin de mieux...

Ça fait longtemps que je louche sur Pro Tools, parce que c'est quasiment le seul système fiable qui peut tout intégrer. Je sais qu'un de ces quatre je vais en acheter un ; le seul problème, c'est que là, je n'ai pas vraiment de projets. Or j'aime acheter mes machines en fonction des projets...

Pro Tools n'est pas forcément le système le plus innovant, mais il est fiable, et moi c'est tout ce que je demande... D'habitude, je travaille avec Logic Audio, et la guerre des logiciels (ah, si tu avais Cubase...) m'importe peu. Logic Audio, il y a un moment donné où je l'oublie. C'est ça ce qui compte pour moi : je fais de la musique, je ne commence pas à comparer les performances des logiciels, ou me sentir jaloux parce que Machin a ça ou ça... C'est tellement dur de faire de la musique que les logiciels, il faut pouvoir les oublier. Quand on joue de la guitare, on oublie la guitare, ce qui est important c'est la musique qu'on fait ! Avec les logiciels, c'est pareil, et moi, je cours après ça, maintenant. Et je suis très très lent à aller vers les nouveaux trucs...
Source : http://perso.club-internet.fr/fernould/mirwais.html


Electro & Co :: Nico - Le 1er septembre 2004 à 15:48
Le Kit

Ah qu'il est bien d'apprendre que sur Metz, un label electro est en train de se bâtir : Le Kit Corporation.

A la base, Le Kit n'est rien d'autre qu'un assemblage de musiciens (mais surtout d'amis) venant de divers mondes électroniques prêts à "pousser le bouton play" à n'importe quel moment. Et c'est ça le plus intéressant : le fait de jouer un soir avec 2 des membres puis le lendemain avec 3 ou 4 autres différents.. On est donc face à un line up aussi modulable que sa musique.

Un Pari un peu fou peut être ?
Au bout de quelques mois d'existence chargés de concerts, Le Kit s'impose : il est temps de fonder un label permettant d'exposer ces suites d'improvisations numériques & analogiques et d'aider les différents membres à s'exprimer personnellement.
Et Le Kit prend forme ! Sous son concept déstructuré, soutenu de plus en plus par les projets solos des différents membres, la famille s'agrandit nous laissant divaguer dans une atmosphère electro minimaliste planante.
Le Kit Corporation : le bonheur en toute quiétude est désormais possible !

Mais qui sont-ils ?
Pour le moment, le kit se construit avec
Jupiter & Beyond The Infinite
Loose On The Dance Floor
Echoes
Zéro Degré
Dolibox

Bien d'autres sont à venir mais attention, le choix est rude car non seulement il faut savoir manier ses petites machines avec perfection (groovebox, sampleur, synthé, guitare, etc..) mais il faut aussi avoir l'esprit de groupe afin d'enivrer le public au maximum.


Une écoute s'impose.
Le site du Kit Corporation nous propose d'écouter une improvisation live du Kit au Casino Luxembourg, entièrement téléchargeable sur leur site (et il y a même la pochette avec). Au total, 4 titres (tous aux alentours de 10min) s'enchaînant parfaitement bien qui vous plongent au travers de différentes étapes : Nova (revisited) commence par placer ses différents éléments électroniques dans l'espace et prépare une ambiance mystérieuse avec ses bribes de voix et d'effets. Une basse ronde et profonde ouvre la porte à un  Mr Click crachotant dans cette ambiance noire mais au fil des minutes, une guitare vient éclaircir le tout redonnant une nouvelle fraîcheur à cette impro mêlant effets in crescendo pour aboutir à Nano/Beat : Vos sens se perdent dans cette zone perturbée d'effets en tout genre avec pour seul guide, un bip enfuit dans le beat. Enfin, Inexorablement est pour moi le meilleur morceau : une ambiance lourde et malsaine où se rencontrent voix décomposées et effets perturbants soutenus par une basse qui s'accélère emmenant la rythmique avec, alors que la guitare garde toujours son calme.. Et la tension monte de plus en plus jusqu'à la rupture nette ! Hé oui, il faudra aller au prochain concert du Kit pour revivre de nouvelle sensation ou si vous voulez continuer le voyage, enchaîner sur un disque de Massive Attack (sisi)..





Info :
Style :  Electro minimaliste / Ambiant
Site : http://le.kit.free.fr/
Label : Le Kit Corporation ! :)
2004

Tracklist :
01 - nova (revisited) [11,2Mo]
02 - mr click [14,2Mo]
03 - nova/beat [14,1Mo]
04 - inexorablement [14,5Mo]

Soyez attentif en cette fin d'année 2004, le Kit semble bien être décidé à sortir ses premières productions..


Electro & Co :: Nico - Le 30 juillet 2004 à 23:31
Leftfield – Leftism

Leftfield
Leftism

Il existe un monde entre la techno et l'ambiant où règne une pulsation agréable pour le corps et l'esprit. Mélange de couleurs, nappes synthétiques profondes, tempo régulier avec des rythmiques travaillées, le tout dans une progression certes structurée mais de qualité et extrêmement apaisante.

Pour beaucoup d'artistes, on trouve toute leur énergie et leur motivation dans leurs premiers albums.. Coup de maître pour Leftfield avec Leftism qui nous élargie les rythmes techno aux mélanges d'influences ethniques. Constitué de Neil Barnes et Paul Daley, deux musiciens cachés dans les studios d'enregistrements, Leftfield a su créer son propre son et en explorer toutes les facettes afin d'en ressortir le meilleur. En réalité, ce duo ne date pas d'hier puisqu'en fait, cet album est une sorte de compil regroupant leurs précédents singles, du coup, on se retrouve avec une galette remplie de rythmes et d'évasions très convaincante.


Bon, on commence : Mettez le cd dans le lecteur, appuyez sur -play- puis sur -repeat-, et comme on dirait en anglais Release the pressure ! Laissez vous attirer par cette ambiance douce et électronique et lorsque vous entendrez les mots "Peace & Unity", ça sera le moment de monter le son. Allez-y, ne vous inquiétez pas, tout est programmé pour que votre cœur se place au même tempo ! ;) Un Berimbau qui résonne ?! (pour ceux qui connaissent, c'est une percu en forme d'arc que Max Cavalera utilise dans Attitude) Et c'est le début d' Afro Left avec une voix reggae qui surplombe avec sa rythmique : 7min34 de pure techno certifiée tribal (dans sa véritable définition). Le rythme résonne encore trop dans votre tête, Leftfield a donc jugé de vous calmer un peu avec Melt qui, dénudé de beat, vous pose l'Oreille sur un nuage « chargé » électroniquement. Je me répète mais les bons musiciens savent donner un sens aux titres de leurs musiques, et quand on lit : "04 - Song Of life", tout est dit. Cette ligne de basse distordue de synthèse vous envoie d'entrée sur un beat très ralentit retraçant le passé de votre vie lorsque vers la moitié exacte (3min32) de la piste, cette même basse revient en force avançant avec le présent pour, cette fois-ci, vous jeter dans le beat techno/rave. Original amène son influence électro et sa voie fémininement sombre pour vous enliser pendant 6min22 ; je vous précise un peu le timing des pistes pour vous donner une idée de la moyenne :) { N'est-ce pas Jéjé [G-Koma] !! :p } Black Flute relance la machine d'entrée ne vous proposant que du rythme, cette fois-ci, dénudé de mélodie pour finalement s'enchaîner brusquement sur Space Shanty : Intro aux mélanges de sonorité (made in India) pour partir violemment sur un beat aux impacts PUISSANTS acidulé de basse style substractor (Reason ;) ). Stop, le ton Ragga-Dub annonce le changement, l'Inspection (Check One) au beat lourd et carré. Hé hop, que du bonheur en entendant le beat drum'n bass qui tourne au ralentit sur Storm 3000. J'y pense, j'ai découvert Leftfield sur une compil (je ne sais plus laquelle) avec Open Up qui c'est avérée la plus médiatique ; En fait, je vais vous laisser la découvrir de vous même avec en prime, la voix de John "Rotten" Lydon (Sex Pistol). On terminera le voyage avec 21st Century Poem qui vous ramènera tout doucement à la fin de cet album, glissant calmement sur un océan mystérieux. Enfin sur leur site, on peut lire "the last 40 seconds of track 11 is a secret mystery track... " qui traduit en réalité une réanimation à coup d'infrabass dans une cadence cardiaque. Hé oui, votre coeur aurai  peut-être voulu rester à cette pulsation et vous n'avez pas appuyé sur Repeat..

En réalité, lorsque j'écoute cet album, je vois des corps surchargés d'énergie qui tiennent des heures et des heures en non-stop sur le dance floor (un peu comme moi quoi mais une fois dans l'année..), baignant dans la sueur, les yeux fermés, se laissant emporter vers un autre monde qui se construit au fur et à mesure que le son unique de Leftfield prend son ampleur.



Info :

Style : Techno Tribal/Rave - Ethnique - Electro - Ambiant
Site : http://www.leftfield-online.com/
         http://www.leftfield-online.co.uk/
1995 Columbia Records

Tracklist :

01 - Release the pressure
02 - Afro-Left
03 - Melt
04 - Song Of life
05 - Original
06 - Black flute
07 - Space Shanty
08 - Inspection (Check One)
09 - Storm 3000
10 - Open up
11 - 21st Century Poem


< page précédente | 1 | 2 | page suivante >